MIR accueille des petits et des pauvres

Romains 12:16

Ayez les mêmes sentiments les uns envers les autres. N’aspirez pas à ce qui est élevé, mais laissez-vous attirer par ce qui est humble. Ne soyez point sages à vos propres yeux.

MIR SAINT-BENOÎT

« La différence est un sujet d’enrichissement, un pont extraordinaire, une chance véritable qu’il faut organiser au jour le jour explique le Père BRUZZONE. De ce fait, la communauté s’adapte à ces différences pour répondre encore d’avantage « au mal être » et aux besoins de cette époque.

11 est le nombre de permanents volontaires missionnaires des banlieues qui résident avec le Père Patrick à la paroisse Saint Pierre de l’Ariane et qui œuvrent pour toutes les activités de l’association MIR : Samu et maraude sociales, Epicerie sociale et Coiffeuse sociale, Colis alimentaires d’urgence, Bus Chapelle « Notre Dame de la rue » et au centre d’accueil de Sospel. De plus, nos missionnaires des banlieues témoignent dans les collèges et lycées de la région, en prévention des addictions diverses et variées, fléau de notre jeunesse, faisant encore de trop nombreuses victimes.

49 est le nombre de femmes et enfants qui ont été accueillis durant 5 mois à la paroisse « Notre Dame de Bon Voyage », abri temporaire, les protégeant de la violence et de la rue. Le curé et son équipe avaient entendus trop fort les pa- roles du Pape François « Ouvrez vos cœurs, ouvrez vos paroisses ».

Pour toute réponse, les autorités locales, moins angéliques, ont ramené le Père BRUZZONE à la réalité et à la rigueur administrative française (locaux non conformes) ce qui a contraint, femmes et leurs enfants à retourner à la rue…

Le Pape avait raison :

« Notre société n’est pas encore prête » ;

Par contre, à Sospel, ermitage Saint Benoit, la terre des origines se transforme. En effet les Petits Pèlerins Pauvres, après une année de mise en place et de découverte pour se stabiliser dans le diocèse de Nice, ont été accueillis et se sont établis à Nice centre, tandis que 5 d’entre eux sont entrés au séminaire. Quand au Père Eugeni, arrivé avec les Petits Pèlerins Pauvres, il est maintenant Curé de Sospel.

Le Seigneur nous a envoyé, par la grâce du Saint Esprit, des jeunes désireux d’apporter eux aussi leur pierre à cet édifice : après des années passées au Cenacolo notre Gemo « national » et Frédérique résident désormais à Sospel, pour accueillir et aider des jeunes de toutes détresses à passer de l’homme couché à l’homme debout.

La Maison Mère de MIR est tenue maintenant par des « ex du Cenacolo », un clin d’œil à Notre Sœur Elvira, fondatrice du Cenacolo.

L’ermitage de Saint-Benoît situé au cœur de la montagne sospelloise (arrière-pays de Menton), vous invite aujourd’hui à découvrir une vie

Saint-Benoît nous a accompagné, guidé durant ces dernières années afin d’établir cet endroit et lui donner un tout autre sens. Il paraît tout à fait normal que les règles communautaires se reposent sur les règles de ce dernier : « Ora et Labora » (Travail et Prière).

Deux anciens membres de la « Communauté du Cénacle » ont la charge de cette communauté qui compte 7 places. Ils désirent partager leurs expériences de vies douloureuses qui se résument au passage des ténèbres de la drogue à la lumière de vie dans la foi. Ils sont donc à même d’accompagner ceux d’entre nous qui sont perdus, blessés, addicts, empêtrés dans une vie sans paix et sans joie.

SOSPEL

« L’ermitage Saint-Benoît est un lieu béni par la vie des uns et des autres. Chaque jour, la lumière éclaire les visages des résidents et l’espérance m’attire vers des horizons de liberté. En- semble, nous pouvons aimer l’avenir » Frédéric

Ermitage = Lieu solitaire et écarté ( pour se retrouver)

SaintBenoît= l’ami de Dieu ( pour apprendre à aimer la vie )

MIR = la Paix ( pour mieux vivre)